12 mai 1780

Fin du siège de Charleston

A sketch of the environs of Charleston in South Carolina (détails) Dessin de Charles Sproule (1780).

A sketch of the environs of
Charleston in South Carolina

Détails d’un dessin de Charles Sproule (1780)
Source : Library of Congress, Geography and Map Division

     Le 12 mai 1780, l’armée continentale dirigée par le major-général Benjamin Lincoln se rend sans condition aux forces britanniques du lieutenant-général Henry Clinton. Cette reddition survient après six semaines de siège à Charleston. La bataille fait suite au changement de stratégie des Britanniques: plutôt que de continuer d’attendre les mouvements des troupes de Georges Washington, l’armée anglaise décide d’attaquer les colonies les plus au Sud.

     Les Américains subissent à Charleston leur pire défaite de la guerre d’Indépendance. Plus de de 3 000 Patriotes sont faits prisonniers. Les Américains perdent aussi beaucoup d’équipements et de munitions. En contre-partie, les pertes britanniques ne dépassent guère 250 hommes, tués et blessés inclus.

     La campagne de Charleston est bien connue: Lincoln en a laissé un récit détaillé. Confiant de la supériorité de leur stratégie après la victoire de Charleston, les Anglais dirigés par Clinton laissent une partie de leurs troupes au Sud sous la gouverne de Charles Cornwallis. Clinton retourne à New York pour superviser les opérations militaires. Les Patriotes américains réagissent en pratiquant la guérilla pour repousser Cornwallis et ses hommes en Virginie. En octobre 1781, le vent a tourné: Lincoln est au côté de Washington pour accepter la reddition de Cornwallis à Yorktown.

#######